Accueil » A la une » « La Brigade des 800  » de Hu Guan. Critique dvd

« La Brigade des 800  » de Hu Guan. Critique dvd

  • Dvd : ‎ 23 juin 2021
  • Réalisateur ‏ : ‎ Hu Guan
  • Acteurs ‏ : ‎ Huang Zhi-zhong, Zhang Junyi, Hao Ou, Hu Xiaoguang, Wu Jiang
  • Durée ‏ : ‎ 149 minutes
  • Studio  ‏ : ‎ Lonesome Bear

 

L’histoire . 1937 : Shanghai est encerclée par l’armée japonaise. Huit cents soldats chinois se sont retranchés dans un entrepôt en plein cœur de la ville, et refusent d’abandonner la position. Commence alors le combat de leur vie, eux qui deviendront les héros d’une nation…

  • Film :

« Notre sacrifice n’aura été qu’un spectacle … »

Dans le conflit sino-japonais (1931-1945) cette épisode autour de la bataille de Shanghai demeure pour les Chinois le symbole vital de la résistance totale de leur armée.

Elle doit assurer la retraite de milliers de soldats, protéger la ville et les centaines de civils qui le long des quais du Huangpu assistent médusés aux assauts répétés des militaires japonais.

Un « spectacle » sidérant.  800 hommes retranchés dans un entrepôt, où pendant plusieurs jours ils vont tenir tête à l’envahisseur. Dans les moments de répit, ils comptent leurs morts, soignent leurs blessés et regardent en face la ville et ses néons… qui les regardent.

C’est la concession britannique, le paradis comme on dit pour les réfugiés qui s’entassent . Une zone de non-droit pour l’ennemi où  la presse internationale a élu domicile . Etrange cérémonie que ce va et vient de reporters fringués comme pour le bal de la reine et qui fument le cigare, tout en tapotant sur leur clavier.

Etrange cérémonial que cette guerre observée depuis un dirigeable, dans l’attente d’une conférence internationale à Bruxelles qui tarde à se mettre en place.

Le temps de vivre ce massacre à l’intérieur de l’entrepôt, lieu d’une véritable boucherie rapportée par des images atroces que le réalisateur multiplie à l’envie, dans la grandiloquence d’une mise en scène pharaonique.

Depuis l’autre rive on observe …

Certaines séquences interprètent l’Histoire de manière exemplaire. Comme cette tentative de fuite par une rivière souterraine qu’un commando japonais remonte le poignard entre les dents.

Plus réel peut-être,  l’installation du drapeau chinois sur le toit de l’entrepôt. Une provocation assumée, sujette à une attaque aérienne qui fusille à vue tous les soldats accrochés au mat de l’étendard faiblissant…

Les Japonais utiliseront plus tard  le gaz moutarde…

Guan Hu, signe également le scénario de cet engagement patriotique exacerbé dans un crescendo mortifère complaisant. Illustration des rapports de forces militaires et politiques engagées dans un conflit où les déserteurs, sous la contrainte, se mêlent à l’héroïque sursaut d’un pays alors exsangue.

C’est un peu le sens de la débandade finale sur un pont copieusement mitraillé. Un massacre . Ce pays, alors, ne sait plus où il va.

Dvd : ‎ 23 juin 2021 Réalisateur ‏ : ‎ Hu Guan Acteurs ‏ : ‎ Huang Zhi-zhong, Zhang Junyi, Hao Ou, Hu Xiaoguang, Wu Jiang Durée ‏ : ‎ 149 minutes Studio  ‏ : ‎ Lonesome Bear   L'histoire . 1937 : Shanghai est encerclée par l'armée japonaise. Huit cents soldats chinois se sont retranchés dans un entrepôt en plein cœur de la ville, et refusent d'abandonner la position. Commence alors le combat de leur vie, eux qui deviendront les héros d'une nation... Film : « Notre sacrifice n’aura été qu’un spectacle … » Dans le conflit sino-japonais (1931-1945) cette épisode autour de la…
Le Film

C’est une leçon d’Histoire qui nous a peut-être échappée, mais qui dans la mémoire chinoise demeure à jamais gravée comme le symbole vital de la résistance totale de son armée. En 1937, en plein conflit avec les Japonais, 800 soldats retranchés dans un entrepôt à Shanghai vont tenter de protéger la ville et ses milliers de civils et réfugiés. La scène se passe de part et d’autre du fleuve Huangpu, étrange cérémonial qui d’un quai à l’autre montre l’horreur et la vie qui se poursuit, sous le regard des reporters internationaux et d’un dirigeable , tout aussi neutre et observateur. Cette «  mise en scène » suscite le principal intérêt d’une rétrospective historique entachée par un patriotisme exacerbé. Au cœur de la mitraille, de la boucherie, du massacre, le soldat chinois, même déserteur, trouvera toujours le sursaut nécessaire à l’accomplissement d’une mission perdue d’avance. Courage et bravoure dans un film au budget colossal : 80 millions.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« A l’abordage » de Guillaume Brac. Critique cinéma

Dans la filmographie de Guillaume Brac, c’est un devoir de vacances .Relaxes. Le sujet s’y …

Laisser un commentaire