Accueil » A la une » « Greenhouse » de Sol-hui Lee. Critique cinéma

« Greenhouse » de Sol-hui Lee. Critique cinéma

  • 29 mai 2024  en salle
  • 1h 40min | Thriller
  • Avec Seo-Hyeong KimJae-sung YangSo-yo Ahn

L’histoire : Aide-soignante à domicile, Moon-Jung s’occupe avec bienveillance d’un vieil homme aveugle et de sa femme. Mais quand un accident brutal les sépare, tout accuse Moon-Jung. Elle se retrouve à devoir prendre une décision intenable.

Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article

Ce premier long métrage en dit déjà suffisamment sur la personnalité de Sol-hui Lee pour lui permettre de s’exprimer en toute indépendance.  Dans l’affirmation d’un style très personnel où le contre-pied jamais appuyé jette le trouble dans une mise en scène stylée.

L’énigme s’y démultiplie à loisir.

Et prend Moon-Jung  à témoin des bouleversements qu’elle occasionne bien malgré elle. Le jour où cette aide à domicile irréprochable, dévie de sa rectitude coutumière . Pour un accident dont la solution parait évidente.

g

Mais pour la cinéaste, la logique n’a aucune raison d’être dans son écriture minimale, postée sur une scénographie tout aussi restreinte. D’où cette impression de ralenti permanent dans les gestes et les réflexions de l’héroïne confrontée à un environnement divers et confus.

On ne sait pas grand-chose sur Moon-Jung, divorcée semble-t-il et en attente du retour de son fils adolescent, actuellement hospitalisé, pour des troubles caractériels. Elle s’occupe de sa mère, déficiente et d’un couple de retraités ,lui mal voyant, elle revêche, folle-dingue .

La vue de l’aide-soignante l’insupporte. Elle est mauvaise, elle veut me tuer, dit-elle . Moon-Jung résiste et vit ce qu’il lui reste de privé, un amour furtif et discret, une thérapie collective pour soigner un passé bien mystérieux.

Là, une jeune fille aussi fragile Soo-nam ( So-yo Ahn ) va pleinement l’accompagner. Cohabitation fragile et incertaine quand l’héroïne poursuit discrètement son chemin de croix expiatoire.

Elle y chemine par des voies détournées, où la simulation et le subterfuge  servent d’alibi à ce qui s’apparente désormais comme un crime. Les éléments s’acharnent contre l’aide soignante dans ce huis clos où le seul témoin est un aveugle qui comprend peu à peu l’enjeu de son nouveau décor.

Sol-hui Lee laisse le temps prendre ses marques, et ne brusque rien dans l’organisation méticuleuse d’une vie en instinct de survie. Pour son véritable méfait , c’est à peine si Moon-Jung se retourne pour en mesurer les conséquences. Le crime, cette fois, sera parfait.

29 mai 2024  en salle 1h 40min | Thriller Avec Seo-Hyeong Kim, Jae-sung Yang, So-yo Ahn L'histoire : Aide-soignante à domicile, Moon-Jung s’occupe avec bienveillance d'un vieil homme aveugle et de sa femme. Mais quand un accident brutal les sépare, tout accuse Moon-Jung. Elle se retrouve à devoir prendre une décision intenable. Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article Ce premier long métrage en dit déjà suffisamment sur la personnalité de Sol-hui Lee pour lui permettre de s’exprimer en toute indépendance.  Dans l’affirmation d’un style très personnel où le contre-pied jamais appuyé jette le trouble dans une mise en scène stylée.…
Le film

Une jeune femme au passé incertain, aide à leur domicile un couple de retraité, lui mal-voyant, elle revêche . Elle s’y donne totalement et soigne également sa mère hospitalisée. Moon-Jung parait ainsi vivre d’une condition modeste et sans égard pour sa propre personne. Celle que l’on découvre au fil de son quotidien très personnel, tout dévoué à un fils dont elle attend le retour. La réalisatrice Sol-hui Lee laisse le temps prendre ses marques, et ne brusque rien dans l’organisation méticuleuse de cette vie en instinct de survie. Moon-Jung chemine sur un chemin de croix expiatoire. Elle s’y rend par des voies détournées, où la simulation et le subterfuge lui servent d’alibi à ce qui s’apparente désormais comme un crime. Mais est-elle responsable ? Ce premier long métrage en dit suffisamment sur la personnalité de Sol-hui Lee pour lui permettre  de s’exprimer en toute indépendance.  Dans l’affirmation d’ un style déjà très personnel où le contre-pied jamais appuyé jette le trouble dans une mise en scène stylée. L’énigme s’y démultiplie à loisir.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Portier de nuit » de Liliana Cavani. Critique DVD

Le temps aidant, l'histoire qui faisait scandale est devenue une grande histoire d'amour ...

Laisser un commentaire