Accueil » Interview » Dominique Pinon, quoi ma gueule ! … Interview

Dominique Pinon, quoi ma gueule ! … Interview

Rencontre en 1995 au cours du festival Acteurs-Acteurs à Tours.

« Je voulais dire quelque chose et ça m’échappe… ». Dominique Pinon n’est pas bavard. Comme ces questions que suscitent sa présence… « Ma tronche me colle à la peau et je lutte contre ça. Je suis acteur avant d’être une tronche et j’aimerais bien que l’on arrête de m’étiqueter ainsi. »

C’est dit sans colère, lucide, l’homme doute. Il n’a pas de message, pas de thème à développer… Dominique Pinon est un météore étranger à sa propre planète. On le connaît au cinéma ; son grand plaisir c’est la scène. « J’ai voulu être comédien pour faire du théâtre, le hasard a voulu que je commence avec Beineix dans « Diva ». Et comme tout fonctionne par famille, j’ai eu du mal à me faire admettre au théâtre. Je prépare actuellement un texte de Novarina sur De Funès. Je ne connaissais pas ce monologue extrêmement pointu. C’est magnifique. »

Du coq à l’âne, le comédien retourne aussi sur le plateau de son copain Jeunet. « Alien 4 » ou l’impossible rêve : « vous vous imaginez un petit acteur comme moi dans la machine américaine. Ca m’a permis de voir l’envers du mythe. Le cinéma à Los Angeles c’est vraiment un monde impitoyable. »

Même Sigourney Weaver ? « La côtoyer au fond de la piscine ce fut un bon moment effectivement. C’était complètement irréaliste. » Le projet d’un cinquième et ultime « Alien » avec Mme Weaver en personne derrière la caméra serait dans les cartons. Pinon ignore tout de l’affaire. « Mais comme je ne suis pas mort dans le 4, ils vont peut-être à nouveau faire appel à moi. »

« The young and Prodigious Spivet »

 

Modeste, il patientera, vaquant ici et là sur des projets qui ne manquent pas de le rattraper. « Faut pas se plaindre, il y a des périodes où rien ne vient, et alors là vous prenez ce qui vous tombe et c’est parfois n’importe quoi. »

Il vient d’achever deux tournages « Comme un poisson hors de l’eau », une comédie sanglante avec Tchéky Karyo et « Quasimodo » de Patrick Timsit. « C’est un film qui risque de surprendre » s’aventure le comédien « c’est vu de façon très anachronique, très décalée. A la façon Timsit, quoi ! »

Rencontre en 1995 au cours du festival Acteurs-Acteurs à Tours. « Je voulais dire quelque chose et ça m’échappe… ». Dominique Pinon n’est pas bavard. Comme ces questions que suscitent sa présence... « Ma tronche me colle à la peau et je lutte contre ça. Je suis acteur avant d’être une tronche et j’aimerais bien que l’on arrête de m’étiqueter ainsi. » C’est dit sans colère, lucide, l’homme doute. Il n’a pas de message, pas de thème à développer… Dominique Pinon est un météore étranger à sa propre planète. On le connaît au cinéma ; son grand plaisir c'est la scène. «…

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Du plomb pour l’inspecteur » de Richard Quine. Critique dvd

Kim Novak pour la première fois à l'écran. Elle avait vingt ans

Laisser un commentaire