Accueil » A la une » « Les Guêpes sont là » de Dharmasena Pathiraja. Critique Blu-ray

« Les Guêpes sont là » de Dharmasena Pathiraja. Critique Blu-ray

  • Réalisateur ‏ : ‎ Darmasena Pathiraja
  • Format ‏ : ‎ Noir et blanc
  • Durée ‏ : ‎ 124 minutes
  • Dvd : ‎ 5 avril 2022
  • Cinéma : 1978
  • Acteurs ‏ : ‎ Malini Fonseka, Vijaya Kumaratunga, Joe Abeywickrama, Wimal Kumara de Costa, Ruby de Mel
  • Sous-titres : ‏ : ‎ Français
  • Studio  ‏ : ‎ Carlotta Films

L’histoire : À Kalpitiya, petit village de pêcheurs du Sri Lanka, Victor débarque avec ses amis pour remettre de l’ordre dans les affaires de son père, un chef de pêche local. Mais le patriarche Anton ne voit pas d’un bon œil ses nouvelles méthodes. Les frictions augmentent quand Victor jette son dévolu sur la séduisante Helen, déjà promise à un autre homme …

  • Film : 
  • Bonus :

« Dheepan » de Jacques Audiard excepté, l’évocation du Sri Lanka me parait sans relief. A l’image de son cinéma que Dharmasena Pathiraja réveille, 44 ans plus tard, avec «  cette perle rare » comme la  promotion nous la présente à juste titre.

Pour son retour en vidéo, sa restauration pharaonique ( plus de 4.000 heures), et la découverte d’une civilisation sur le point de rompre les amarres. Dans ce village de pêcheurs où les femmes sont au service des hommes.

 

 

Venu de la ville afin de soutenir son père souffrant, Victor, (Vijaya Kumaratunga) dit « petit maître » prend conscience de la faiblesse du commerce local . Anton (Joe Abeywickrema)  le dirige à l’ancienne, et emploie s’il le faut  la peur, voire la violence.

Victor décide de revoir l’organisation de la criée qui se fait à même la plage, où les poissons sont dépecés sur place. Cette scène de la vie quotidienne que le cinéaste multiplie à plusieurs reprises participe au vérisme d’une réalisation très expressive.

Et quand les sentiments mêlent à la palette des couleurs expressionnistes ( le noir et blanc transcendés … ) le ton demeure égal dans le cadre et l’interprétation. On vit pleinement sur ce sable chauffé à blanc par un soleil sans pareil. Il brille pour cette population si vivante et fière de sa terre au point d’en repousser l’intrus.

Victor le comprend quand il séduit Helen (Malini Fonseka)  promise à un garçon du village, depuis l’enfance. L’affront total, doublé par les cours du poisson en augmentation , la guerre est déclarée.

Si Dharmasena Pathiraja n’en fait pas un casus belli formel, sa réalisation joue maintenant sur une autre dynamique, qui aux mâles frictions oppose la sensualité tranquille d’Helen. Les soubresauts d’un drame annoncé, ancré dans l’histoire même de ce village aux valeurs ancestrales.

C’est un monde qui disparait nous dit le réalisateur , destinée inéluctable . On s’y attarde, avec la même évidence !

 

LES SUPPLEMENTS

  • « Le ver est dans le fruit ».(26 mn) Avec Gérald Duchaussoy, responsable de la section Cannes Classics au Festival de Cannes et chargé de la programmation au Marché International du Film Classique au Festival Lumière, à Lyon.

« Les guêpes ne produisent pas. Contrairement aux abeilles, elles ne vont pas butiner pour produire […].  Les hommes sont ces guêpes qui ne pensent qu’à eux… » .

Gérald Duchaussoy revient sur la métaphore du titre pour ce film qu’il situe entre « le populaire classique de la production srilankaise et un cinéma purement d’auteur, qui nous ramène à un cinéma indien que l’on connait plus ».

Ces films sont peu distribués dans le monde, quasi inaccessibles.

Cyril (Cyril Wickramage) promis à Helen, est sous la protection d’Anton le patriarche du village

On comprend la façon dont  Dharmasena Pathiraja  commence sa carrière de cinéaste, via des courts-métrages financés plus ou moins par les ministères de l’agriculture et de la pêche. Il nous explique aussi ce qui dans ce film,  peut échapper à un occidental .Et la raison d’être de certains personnages

  • La restauration (1.10 mn) .En ouverture du film, on présente très longuement tout le travail nécessaire à la restauration d’un tel film qui à-priori était en piteux état. Il a fallu plus de 4.000 heures .Le résultat est extraordinaire et ici on le voit à travers plusieurs séquences comparées : il n’y a pas photo !
Réalisateur ‏ : ‎ Darmasena Pathiraja Format ‏ : ‎ Noir et blanc Durée ‏ : ‎ 124 minutes Dvd : ‎ 5 avril 2022 Cinéma : 1978 Acteurs ‏ : ‎ Malini Fonseka, Vijaya Kumaratunga, Joe Abeywickrama, Wimal Kumara de Costa, Ruby de Mel Sous-titres : ‏ : ‎ Français Studio  ‏ : ‎ Carlotta Films L'histoire : À Kalpitiya, petit village de pêcheurs du Sri Lanka, Victor débarque avec ses amis pour remettre de l’ordre dans les affaires de son père, un chef de pêche local. Mais le patriarche Anton ne voit pas d’un bon œil ses nouvelles méthodes. Les frictions augmentent quand Victor…
Le film
Les bonus

Il y a plus de quarante ans maintenant, le cinéma srilankais soulevait le problème de l’antagonisme  entre l’urbanité et le modernisme face à la ruralité traditionnelle ancrée dans l’héritage des peuples. C’est la révolution que vit ce petit village de pêcheurs où l’arrivée d’un jeune commerçant va bouleverser les habitudes des locaux. Quand celui-ci s’intéresse de trop près à la belle Helen, la sourde rivalité entre les deux clans éclate au grand jour. Le réalisateur Dharmasena Pathiraja, mêle habilement le quotidien de cette plage chauffée au soleil brûlant à la nature des sentiments extrêmes qui de la haine à l’amour va bouleverser les codes et les valeurs. A noter la pertinence des personnages, qui du patriarche têtu au hippie raisonnable, nous renseignent avec force sur cette civilisation en proie à son dérèglement.

AVIS BONUS Gérald Duchaussoy décrypte le film à travers l’histoire du cinéma srilankais. Un comparatif avant-après la restauration se passe de commentaire.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Tromperie » de Arnaud Desplechin. Critique dvd

D’après « Tromperie » (Deception) de Philip Roth (1994). La maîtresse anglaise. J’imagine ce titre plutôt que celui retenu …

Laisser un commentaire