«Quand j'ai vu le film à Cannes, j'étais encore plus stressé que lors d'une première théâtrale, à l'affût des réactions des 3000 spectateurs qu'il y avait dans la salle. Le montage du film est super bien fait, tout converge vers cette dernière scène entre Fanny Ardant et Daniel Auteuil. Ce qui m'avait plus tout de suite quand on m'a proposé le rôle, c'était la virtuosité du scénario, déjà sur le papier c'était à mourir de rire, très intelligent. Nicolas a su réaliser le film qu'il avait rêvé».

la belle époque

Voir aussi

« Eté 85 » de François Ozon. Critique Blu-ray

Le cinéma a déjà pris la température de cette fièvre estivale. François Ozon diagnostique une fébrilité passagère.

Laisser un commentaire