Accueil » A la une » « Il mio Corpo » de Michele Pennetta. Critique cinéma

« Il mio Corpo » de Michele Pennetta. Critique cinéma

Synopsis: Sélection ACID Cannes 2020 . --- Sous le soleil de Sicile, Oscar récupère de la ferraille avec son père. A l’autre bout de la ville, Stanley le Nigérian vivote grâce aux petits travaux donnés par le prêtre de la paroisse. Tous deux ont le même désir, celui d’une vie meilleure…

La fiche du film

Le film : "Il Mio Corpo"
De : Michele Pennetta
Avec :
Sortie le : 26/05/2021
Distribution : Nour Films
Durée : 80 Minutes
Genre : Documentaire
Type : Long-métrage
Le documentaire
  • Prix du jury 2021 Big Sky Documentary Film Festival !

Dans cette ville sicilienne Oscar et Stanley ne se rencontreront vraisemblablement jamais. Prisonniers de leur vie parallèle . Sujets d’une société qui rejette plus qu’elle n’intègre.

Le père d’Oscar ne lui fait pas de cadeaux. Ferrailleur, il le conduit avec son frère sur des chantiers difficiles. Ce n’est jamais à son goût, à ses yeux, Oscar est un moins que rien.

A l’image de Stanley, immigré nigérian, relégué dans une paroisse proche où le curé ne le rémunère jamais. Seules des provisions accréditent les services rendus. Stanley n’arrive pas à payer son loyer, et son copain en attente d’une carte de séjour s’inquiète.

On les retrouve rêvant sur une plage après une baignade. En une vague, ils revoient leur périple dans des barques d’infortune et savourent leur victoire. «  On a été courageux » disent-ils en suivant un chien jouant avec le sable.

«  Comme il est maigre »  murmure l’ami …

«  Ne t’en fais pas pour lui » sourit Stanley.

La scène est grande, sublime dans ce qu’elle rapporte de l’histoire de ces deux jeunes immigrés toujours en attente d’une vie meilleure.

C’est sous l’appellation du documentaire que Michele Pennetta présente ce coin de Sicile abandonné au soleil. Mais parfois la réalisation nous éloigne du témoignage, du fait réel pour une mise en scène beaucoup plus fictionnelle.

Une étrange alchimie au service d’une connexion totale avec le quotidien de toutes ces personnes, comme oubliées par la caméra sur leur parcours naturaliste. Au point que le décor paradoxal de beauté heurte à peine la misère alentour, et ses immondices conséquents.

Là où Michele Pennetta entrecroise au final les parallèles pour dire que le monde pourrait se porter mieux, autrement, plus dignement. Comme dans un rêve …

Prix du jury 2021 Big Sky Documentary Film Festival ! Dans cette ville sicilienne Oscar et Stanley ne se rencontreront vraisemblablement jamais. Prisonniers de leur vie parallèle . Sujets d’une société qui rejette plus qu’elle n’intègre. Le père d’Oscar ne lui fait pas de cadeaux. Ferrailleur, il le conduit avec son frère sur des chantiers difficiles. Ce n’est jamais à son goût, à ses yeux, Oscar est un moins que rien. A l’image de Stanley, immigré nigérian, relégué dans une paroisse proche où le curé ne le rémunère jamais. Seules des provisions accréditent les services rendus. Stanley n’arrive pas à…
Le documentaire

Deux destins en parallèles dans la Sicile d’aujourd’hui . Oscar sous l'emprise de son père qu'il  accompagne dans des déchetteries sauvages pour récupérer ce qui peut l’être. Stanley, immigré nigérian, travaille où le curé lui déniche des petits boulots. Oscar et Stanley ne se rencontreront vraisemblablement jamais. Prisonniers de leur vie en parallèles . Sujets d’une société qui rejette plus qu’elle n’intègre. C’est sous l’appellation du documentaire que Michele Pennetta présente ces deux êtres abandonnés au soleil. Mais parfois la réalisation nous éloigne du témoignage, du fait réel pour une mise en scène beaucoup plus fictionnelle.  Et ça fonctionne parfaitement jusqu’à la confirmation finale où Michele Pennetta entrecroise au final les parallèles pour dire que le monde pourrait se porter mieux, autrement, plus dignement. Comme dans un rêve …

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Basic Instinct » de Paul Verhoeven. Critique cinéma

On le revoit volontiers avec plaisir cette semaine au cinéma , interrogatoire policier frissonnant et frissons hitchcockiens en prime

Laisser un commentaire