Accueil » A la une » « Et la fête continue » de Robert Guédiguian. Critique BR

« Et la fête continue » de Robert Guédiguian. Critique BR

  • Durée ‏ : ‎ 1 heure et 42 minutes
  • Dvd ‏ : ‎ 19 mars 2024
  • Cinéma : 15 Novembre 2023
  • Acteurs ‏ : ‎ Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Lola Naymark, Robinson Stévenin, Gérard Meylan
  • Studio  ‏ : ‎ Diaphana

L’histoire : Rosa est le cœur et l’âme de son quartier populaire du vieux Marseille. Elle se partage entre sa grande famille très unie, son travail d’infirmière et son engagement politique à gauche. Mais à l’approche de la retraite, ses illusions vacillent. Portée par la vitalité́ de ses proches et par sa rencontre avec Henri, elle réalise qu’il n’est jamais trop tard pour accomplir ses propres rêves, politiques et personnels.

Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article

  • Le Film :
  • Les Bonus : 

« J’ai rêvé de papa..

«  Il va bien ? »

En conservant quelque peu l’esprit de « Gloria Mundi » , Robert Guédiguian ne s’éloigne pas trop de son Marseille urbain, pour rejoindre cette fois le quartier de Noailles, où deux immeubles vétustes se sont écroulés, et fait huit morts.

C’est le point de départ de sa nouvelle histoire phocéenne, où dit-il « pas de bourgeois, pas de racistes, il n’y a que de braves gens ». A gauche toute donc, une fois encore , mais quelle gauche se demande-t-il, quand les différents partis n’arrivent pas à se mettre d’accord sur une tête de liste.

Rosa tient encore bon, mais son militantisme n’arrive plus à fournir la même énergie , qu’elle partage avec l’hôpital et sa grande famille tout autour d’elle. Quasiment une diaspora, tant le souvenir du peuple arménien peuple les conversations des uns et des autres.

Ni tract, ni revendication de la part de Robert Guédiguian, mais la nécessité de rappeler l’Histoire, que colporte à leur façon chaque membre de la famille.  Les événements tragiques dans le Haut-Karabakh les préoccupent ( y aller ? ) autant que la désunion de la gauche . «  Les bourgeois peuvent dormir tranquilles ».

A l’image de Tonio, le tonton-taxi, autant débonnaire que salutaire. Un joli portrait à l’âge définitivement adulte pour Gérard Meylan, toujours fidèle à la bande de Robert Guédiguian, qui confirme les recrues les plus récentes ( Robinson Stévenin, Grégoire Leprince-Ringuet, Lola Naymark ) et affirme la présence indéfectible de Jean-Pierre Darroussin et Ariane Ascaride.

A nouveau en couple, recomposé cette fois, dans l’esprit de l’amour réinventé à un âge où Rosa pensait que tout allait se figer. Elle vient de rencontrer Henri, qui renoue enfin avec Alice sa fille.

Alice est amoureuse de Sarkis, le fils de Rosa. Elle est pas belle la vie !

LE SUPPLEMENT :

  • Making-of réalisé par Isabelle Danel ( 47 mn )-Un reportage sur le film, un documentaire sur Marseille, une réflexion, une analyse , il y a tout dans ce making of bien particulier, qui nous entraîne véritablement sur le plateau et les coulisses, et noue les enjeux d’une histoire ancrée au cœur du quotidien. Beau travail .
Durée ‏ : ‎ 1 heure et 42 minutes Dvd ‏ : ‎ 19 mars 2024 Cinéma : 15 Novembre 2023 Acteurs ‏ : ‎ Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Lola Naymark, Robinson Stévenin, Gérard Meylan Studio  ‏ : ‎ Diaphana L'histoire : Rosa est le cœur et l’âme de son quartier populaire du vieux Marseille. Elle se partage entre sa grande famille très unie, son travail d’infirmière et son engagement politique à gauche. Mais à l’approche de la retraite, ses illusions vacillent. Portée par la vitalité́ de ses proches et par sa rencontre avec Henri, elle réalise qu’il n’est jamais trop tard pour…
Le film
Le bonus

Paradoxalement, en abordant le sujet des éboulements d’immeubles à Marseille, Robert Guédiguian fait office de bel apôtre réconciliateur autour d’une gauche sans union et de son Arménie en proie à un nouveau génocide. Ce qui paraît engagé, militant, film tract , l’est, mais sans ostentation, le réalisateur filmant tranquillement, presque avec douceur, les soubresauts du quotidien phocéen, dans des cadres tellement chahutés que la profondeur qui s’en dégage, le mystère émanant, laissent toute la place à l’espoir porté par la famille de Rosa. Au cœur de son quartier populaire, cette femme dynamique tient encore bon, mais son militantisme n’arrive plus à fournir la même énergie , qu’elle partage avec l’hôpital et sa grande famille . Le défilé de portraits rieurs, engagés, ou sympathiques, marqués par l’union et la solidarité , et  réinventant avant tout l’amour. La bande à Guédiguian est fidèle au rendez-vous. Pour un nouveau film qui me parait redynamiser lui aussi sa filmographie

AVIS BONUS Un reportage sur le film, un documentaire sur Marseille, une réflexion, une analyse , il y a tout dans ce making of extraordinaire, original et généreux .

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Va savoir » de Jacques Rivette. Critique blu-ray

Cette fois le cinéaste ne fait guère mystère de ses intentions. Et pourtant tout n'est que duperie, intrigues, et cachotteries. On adore !

Laisser un commentaire