Accueil » A la une » « The Third Murder » de Hirokazu Kore-eda. Critique cinéma

« The Third Murder » de Hirokazu Kore-eda. Critique cinéma

Synopsis: Le brillant avocat Shigemori assure la défense de Misumi soupçonné de vol et d’assassinat. Il a déjà purgé, il y a trente ans, une première peine d’emprisonnement pour un autre meurtre. Les chances de Shigemori  sont faibles : Misumi plaide coupable et risque cette fois la peine de mort. Pourtant, au fil de l’enquête et des témoignages, l’avocat commence à douter de la culpabilité de son client.

La fiche du film

Le film : "The Third Murder"
De : Hirokazu Kore-eda
Avec : Masaharu Fukuyama, Koji Yakusho
Sortie le : 11/04/2018
Distribution : Le Pacte
Durée : 125 Minutes
Genre : Drame, Policier
Type : Long-métrage
Le film

Kore-Eda visait une palme à la dernière Mostra de Venise. Il est reparti bredouille. Même scénario à Beaune où le festival du film policier ne lui a pas souri.

Ce qui me parait assez logique.

Cette histoire d’avocat (Masaharu Fukuyamadéfenseur d’un criminel qui le balade comme il veut est assez tordue pour plaider coupable. Coupable d’actionner les ressorts d’une intrigue inexistante. Quand elle se révèle, elle s’effiloche sur des révélations qui n’en sont pas.

Coupable de reprendre le symbolisme animalier de la liberté devenu lourdingue. La cage d’un volatile, c’est une prison et dans la prison il y a des hommes…

Misumi par exemple (Koji Yakusho).

La vengeance est le premier motif du crime reconnait l’avocat. Mais le coup de l’assurance vie de l’épouse fort éplorée revient sur le tapis. Un grand classique que le cinéaste ne se prive pas de piétiner en convoquant la gamine du couple qui ne lui parait pas très claire.

Coup de projecteur alors sur ceux et celles, plus ou moins louches, qui gravitent autour de la jeune fille. L’une des circonstances atténuantes du dossier : Kore-Eda illumine tous ses personnages, même les plus secondaires, les moins évidents.

Ce qui plaide en sa faveur avec un atout majeur dans sa manche : cette façon de revisiter les parloirs des prisons. De filmer le face à face entre l’avocat et le détenu. Ce qui se dit à la limite importe peu, c’est l’affrontement qui prime. On se toise, on se juge, on cherche à qui perd gagne.

Tension totale, extrême, dans une lumière au contraste fort.

Il y a bien sûr une réflexion sur la justice, mais à l’image du récit, à peine esquissée, aussitôt abandonnée. L’ancien juge du suspect que défend maintenant son fiston, débarque à l’improviste dans son cabinet. Une belle idée de scénario qui pourtant n’en fait rien.

A l’image du duel qui s’annonce entre l’avocat et madame le procureur. Elle lui reproche « d’empêcher les criminels d’affronter leurs propres fautes ». On n’en saura pas plus, plus ou moins perdu dans ce labyrinthe scénaristique peu passionnant. Ton monocorde, sans emballement. Impossible de plaider l’acquittement …

Kore-Eda visait une palme à la dernière Mostra de Venise. Il est reparti bredouille. Même scénario à Beaune où le festival du film policier ne lui a pas souri. Ce qui me parait assez logique. Cette histoire d’avocat (Masaharu Fukuyama) défenseur d’un criminel qui le balade comme il veut est assez tordue pour plaider coupable. Coupable d’actionner les ressorts d’une intrigue inexistante. Quand elle se révèle, elle s’effiloche sur des révélations qui n’en sont pas. Coupable de reprendre le symbolisme animalier de la liberté devenu lourdingue. La cage d’un volatile, c’est une prison et dans la prison il y a des…
Le film

Il y a des points positifs dans ce film (dont l’ironie passagère) qui malheureusement sur la durée s’inscrit sur un ton monocorde et un faux rythme qui ne s’emballe que dans les scènes de parloirs. Je crois n’avoir jamais vu de tels lieux ainsi filmés. Un tension magnifique accentuée par une lumière au contraste saisissant. Avant ou après, Kore-Eda n’arrive pas à coordonner le fond et la forme sur les ressorts d’une intrigue inexistante. Quand elle se révèle, elle s’effiloche sur des révélations qui n’en sont pas. Dans ce labyrinthe scénaristique, aux réflexions esquissées sur la justice, on se perd beaucoup trop pour tenir la distance : 2 h 05 mn.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Dogman » de Matteo Garrone. Critique cinéma

 Marcello Fonte,Prix d’interprétation masculine, Cannes 2018 .- Dans une cité balnéaire, comme abandonnée, une petite …

Laisser un commentaire