Accueil » A la une » « Le Gangster, le flic et l’assassin » de Lee Won-Tae. Critique cinéma

« Le Gangster, le flic et l’assassin » de Lee Won-Tae. Critique cinéma

Ne pas se fier aux apparences, ça n'a rien de très classique ...

Synopsis: Un chef de gang dont la férocité est redoutable manque de se faire assassiner par un homme qui prend la fuite. Le gangster sait que sa réputation est irrémédiablement endommagée : il doit retrouver l’assassin et le faire payer.  La police est persuadée qu'il s'agit de l'insaisissable tueur en série. Le flic et le gangster vont alors unir leurs forces pour l’arrêter.

La fiche du film

Le film : "Le Gangster, le flic & l'assassin"
De : Lee Won-Tae
Avec : Ma Dong-seok, Kim Moo-yul
Sortie le : 14/08/2019
Durée : 110 Minutes
Genre : Thriller, Action
Type : Long-métrage
Le film
  • D’après des faits réels …

Un tueur en série ! C’est une évidence pour le jeune flic Kim Yu-reol décontenancé néanmoins par son mode opératoire . Les victimes, lardées de coups de couteau, gisent à l’intérieur de leur véhicule. On les retrouve au petit matin.

Des hommes dont le profil demeure lui aussi une énigme. Ce sont toujours des conducteurs solitaires, à l’image de Jang Dong, le puissant chef de la mafia de Séoul qui ce soir là renvoie son chauffeur et ses gardes du corps.

Un individu comme un autre aux yeux du prédateur qui dans les rues de Séoul,en pleine nuit, sous la pluie, le désigne comme sa prochaine proie . Un choc sans conséquence à l’arrière de la voiture, l’amorce d’un constat, l’agression.

Ca n’a pas l’air évident, mais ils viennent de conclure une affaire …

Mais cette fois le combat entre les deux hommes est féroce. L’agresseur n’a pas le dessus. Il réussit à prendre la fuite non sans laisser dans le regard de Jang Dong comme une promesse de revanche…

On ne s’attaque pas impunément au patron des gangsters ! Dans le milieu, il le sait, ça va jaser. C’est la honte. Sa réputation est en jeu, même si le coup n’a pas été porté par des gangs rivaux.  Il le pense. Mais une fois la nouvelle connue, ils vont pourtant subir des représailles expresses.

Nerveuse, la caméra passe encore la vitesse supérieure. Une formulation assez classique dans le polar sud-coréen qui trouve ici les mêmes ressorts dignes du genre. La différence : l’histoire s’écrit à contre-sens.

L’annonce de l’agression du truand ravive la passion du jeune flic. Après quelques échanges violents, les deux hommes passent un marché contre nature.Une carpe et un lapin pour arrêter le tueur. Les méthodes, les hommes, les infos, tout est mis en commun, et honneur au vainqueur.

Il usera de la bête à sa guise. Ce que redoute le policier qui pense prison quand son partenaire de boucherie n’envisage que la mort. Le polar vire au noir, à la course poursuite infernale dans la nuit d’encre de Séoul. Et cette fois la mise en scène s’accorde à un scénario parfait, original et créatif.

On dit que les faits s’inspirent d’une histoire vraie. Inimaginable cette union du « bien » et du « mal ». Efficace pour le cinéaste qui pose ses bombes à retardement avec le même entrain que ses personnages affûtés pour la bagarre.

Ce soir là, le bosse décide de rentrer tout seul…

Une confiance très limite, des entrevues peu cordiales, et une course de bagnoles élémentaire, efficace et superbe avant une scène de tribunal tout aussi grandiose.

Cerise sur le gâteau : Lee Won-tae n’oublie pas l’absolue nécessité de l’humour sud-coréen dans un polar fait maison .

Il en épice joliment son scénario avant d’assaisonner le final d’une rasade fortement pimentée. Je n’ai jamais vu au cinéma un prisonnier entrer dans un établissement pénitentiaire en recevant de tels honneurs. La classe !

D’après des faits réels … Un tueur en série ! C'est une évidence pour le jeune flic Kim Yu-reol décontenancé néanmoins par son mode opératoire . Les victimes, lardées de coups de couteau, gisent à l’intérieur de leur véhicule. On les retrouve au petit matin. Des hommes dont le profil demeure lui aussi une énigme. Ce sont toujours des conducteurs solitaires, à l’image de Jang Dong, le puissant chef de la mafia de Séoul qui ce soir là renvoie son chauffeur et ses gardes du corps. Un individu comme un autre aux yeux du prédateur qui dans les rues de…
Le film

Lee Won-Tae s’inspire d’une histoire vraie pour expliquer comment des policiers et des mafieux se sont réunis pour traquer le même tueur en série. Ca parait incroyable, mais depuis Fritz Lang et «  M.Le Maudit » on peut reprendre effectivement cette trame que le réalisateur sud-coréen mène assez classiquement avant de repenser totalement l’écriture d’un scénario qui prône l’originalité et la diversité. La mise en scène s’accorde à cette vision du monde de la nuit et du mal où un semblant d’humour permet parfois de percer la carapace des plus durs. Sur un ensemble assez classique , ce film présente beaucoup d’intérêts, ne serait ce que par l’apparentement de ses personnages . La carpe, le lapin et le prédateur…

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Deux moi » de Cédric Klapisch. Critique cinéma

Quand donc vont-ils se rencontrer ? C’est le sujet du film ! Et comment ? Tout son intérêt ! …

Laisser un commentaire